Entre le pessimisme de la réalité et l'optimisme de la volonté

samedi, octobre 08, 2005

Merci Zaki !


Malgré la défaite, l’équipe nationale a pu montrer qu’on est une équipe qui mérite d’être présente en Allemagne 2006. Mais, le football est un jeu qui ne respecte aucune logique. Notre entraîneur, de nationalité marocaine, a pu, enfin, trouver les bonnes clés pour mettre fin à la machine tunisienne et ses contres attaques. Il a pu prouver que l’élément humain marocain peut entrer en compétition avec des grands noms connus à l’échelle internationale. Cet homme, malgré tous les obstacles posés par des similaires de « fantômes », a pu accomplir sa mission comme il faut. Certes, on n’est pas qualifié pour la coupe du monde 2006, cependant, Mr Zaki n’a pas commis aucune erreur durant le match de la tunisie.
Merci Zaki pour l’excellent travail que tu as fait durant ces éliminations de la coupe d’Afrique et de la coupe du monde. N’oublions pas, on est la seule équipe qui n’a pas perdu durant ces éliminations.
Merci Zaki pour avoir lutter, tout seul, contre ceux qui n’ont pas cessé de mettre mille barrières devant toi.
Merci Zaki de continuer l’aventure et nous apporter la coupe d’Afrique 2006. Espérons qu’ils vont te laisser en paix.

jeudi, octobre 06, 2005

Nous et Ramadan

Les supers marchés sont pleins. Tout le monde y est présent. L’objectif est commun : remplir les coffres des voitures par les produits alimentaires. La destination est unique : chacun vers son foyer pour la mise à niveau du stock de la famille. Poissons, de la viande blanche ou rouge, le Ramadan est devenu un mois de consommation par excellence.
Les pâtisseries sont combles. La parole est aux M3almins pour montrer leur savoir faire en terme de Chhiwates. Les produits sont présentés d’une manière artistique. Ce n’est pas par hasard, mais c’est une occasion de vente massive, surtout devant ces yeux dont le ventre n’a pas, encore, goûté du pain. Gâteaux, crêpes ou croissants, Le Ramadan est devenu un mois des sucrées par excellence.
Les mosquées sont pleines. C’est difficile de trouver une place. Le débat est déjà lancé : où peut-on trouver le meilleur lecteur du coran ? Il est dans quelle mosquée ? Quel quartier ? En effet, le citoyen est devenu exigeant et sélectif dans le choix de la voix du lecteur. Tout le monde se souvient du phénomène QAZABRI du Ramadan dernier. A qui le rôle cette année ? Attention, le Ramadan est devenu le mois orphelin de la croyance.